La consommation de cannabis chez les adolescents est liée à l’anxiété et aux pertes de mémoire

- EN- FR
(Pexels/Kindel Media)
(Pexels/Kindel Media)

Une étude révèle que l’exposition chronique des adolescents au cannabis peut nuire au développement émotionnel et cognitif du cerveau en affectant des régions distinctes du cerveau.

Des chercheurs de la Schulich School of Medicine & Dentistry ont montré que l’exposition chronique, pendant l’adolescence, au tétrahydrocannabinol (THC), le principal composant psychoactif du cannabis, peut induire des troubles durables de la mémoire et une augmentation des niveaux d’anxiété.

L’étude, publiée dans la revue Neuropsychopharmacology, utilise un modèle de rongeur pour identifier deux parties différentes du cerveau - les régions dorsale et ventrale de l’hippocampe - et met en évidence différents types d’anomalies dans chaque région après une exposition au THC.

Les chercheurs ont identifié plusieurs anomalies moléculaires et neuronales clés dans des régions spécifiques de l’hippocampe qui pourraient être indépendamment responsables des effets secondaires cognitifs et émotionnels. L’étude confirme les travaux antérieurs de leur laboratoire qui montrent que l’exposition au THC pendant l’adolescence peut induire des perturbations durables.

Marta De Felice, auteur principal de l’étude et chercheuse postdoctorale de BrainsCAN. (Fourni)

" Suite à la légalisation du cannabis, il existe des preuves d’une réduction de la perception des risques associés à la consommation de cannabis. Il est nécessaire d’élargir les connaissances sur les conséquences négatives potentielles de l’exposition au cannabis pendant l’adolescence et cette étude comble certaines de ces lacunes", a déclaré Marta De Felice, soulignant la nécessité de disposer de preuves scientifiques cruciales pour éclairer les politiques de santé publique.

M. De Felice est l’auteur principal de l’étude et un chercheur postdoctoral de BrainsCAN au sein du Groupe de recherche sur la toxicomanie, sous la supervision de Steven Laviolette, auteur principal de l’étude et professeur aux départements d’anatomie et de biologie cellulaire et de psychiatrie de l’université Schulich Medicine & Dentistry.

L’objectif de la recherche était également d’identifier de nouvelles informations au niveau moléculaire du cerveau qui pourraient permettre de mieux comprendre le risque de développer des troubles neuropsychiatriques, notamment la schizophrénie, en raison d’une consommation soutenue de cannabis pendant l’adolescence.

"Les adolescents qui consomment du cannabis ne pensent peut-être pas aux effets négatifs à long terme. Nos résultats suggèrent que la consommation de cannabis chez les adolescents peut affecter les fonctions cognitives et émotionnelles par le biais de différentes voies cérébrales", a déclaré Laviolette. "Les résultats anatomiques détaillés de l’étude nous donnent une chance d’utiliser des interventions plus ciblées qui pourraient inverser les déficiences et les symptômes durables après une exposition au cannabis pendant l’adolescence."