Des chercheurs analysent les cheveux pour étudier les traumatismes de guerre chez les enfants réfugiés syriens

- EN- FR
Grâce à l’analyse des cheveux, l’étude a révélé que les adolescents,
Grâce à l’analyse des cheveux, l’étude a révélé que les adolescents, et surtout les filles, qui ont connu la guerre courent un risque beaucoup plus élevé de souffrir de SSPT que les autres. (Communications de Schulich Medicine & Damp ; Dentistry)

Un cheveu est bien plus qu’une simple mèche de cheveux. Ce tissu humain est le témoin chronologique des épreuves subies par le corps et l’esprit humain.

Une nouvelle étude cosignée par des chercheurs du Laboratoire de sécurité des médicaments de l’École de médecine et de dentisterie Schulich analyse la relation entre l’exposition à la guerre, les conditions de vie actuelles, les concentrations de cortisol dans les cheveux (CHC) et les symptômes du syndrome de stress post-traumatique (SSPT). L’étude, fondée sur une vaste cohorte d’enfants et d’adolescents syriens réfugiés et de leurs soignants vivant dans des camps de réfugiés au Liban, a révélé que les adolescents, et en particulier les filles, qui ont été exposés à la guerre courent un risque beaucoup plus élevé de souffrir de SSPT que les autres.

Dr Michael Rieder, professeur, École de médecine et de dentisterie Schulich. (Communications de l’École de médecine et de dentisterie Schulich)

"Dans le monde entier, le nombre de personnes déplacées par la guerre et les conflits est en augmentation. La plupart d’entre elles sont des enfants et des adolescents. Les résultats de cette étude soulignent la nécessité de mettre en place des interventions qui prennent en compte leurs traumatismes. Nous avons constaté que les traumatismes peuvent entraîner des changements à long terme dans la physiologie et la psychologie des enfants vulnérables", a déclaré le Dr Michael J. Rieder, chercheur principal du laboratoire de sécurité des médicaments et coauteur de l’étude avec Baset Elzagallaai, professeur adjoint et responsable du laboratoire de sécurité des médicaments.

"Nous sommes l’un des principaux laboratoires au monde à effectuer des analyses de cheveux. Nous avons réalisé plusieurs collaborations internationales par le passé, mais c’est la première fois que nous avons collaboré pour étudier le CHC et le SSPT chez les enfants et les adolescents touchés par la guerre et les déplacements", a ajouté M. Rieder, professeur aux départements de pédiatrie, de physiologie et de pharmacologie, et de médecine de Schulich Medicine & Dentistry.

Publiée récemment dans la revue Nature , l’étude a révélé qu’un taux élevé de CHC se traduit par un plus grand nombre de symptômes de SSPT. Sur la base des niveaux de CHC, l’étude a révélé que les adolescents qui ont vécu de multiples événements liés à la guerre courent un risque près de 40 % plus élevé de développer un TSPT que ceux qui n’ont pas été exposés à la guerre ou aux conflits. L’étude montre également que les filles ont 62,7 % plus de risques de souffrir de SSPT que les autres. Toutefois, l’étude a également révélé que les conditions de vie actuelles, y compris les conditions de vie dans les camps de réfugiés au Liban, n’ont pas contribué à une augmentation des niveaux de CHC ou du TSPT.

L’étude souligne l’importance d’identifier des méthodes efficaces et non invasives pour étudier les contextes humanitaires où il y a peu d’accès à des enregistrements fiables. "Le cortisol capillaire est un biomarqueur du stress. Chaque corps humain produit cette hormone et lorsque nous sommes stressés, nous en produisons davantage. Le cortisol est également présent dans le sang ou l’urine, mais il ne mesure le stress que pour les dernières 24 heures. Nous avons choisi d’étudier le cortisol capillaire parce que le cortisol se dépose dans les cheveux, et que les cheveux poussent à un certain rythme, de sorte que nous pouvons suivre l’exposition au fil du temps", a déclaré M. Rieder.

Selon M. Rieder, l’étude démontre également le lien entre les expositions multiples à des incidents liés à la guerre et les effets à long terme sur la santé.

"Les niveaux de CHC augmentent avec chaque augmentation des incidents liés à la guerre qu’une personne endure. Les enfants de 12 ans ou plus sont les plus vulnérables. Les jeunes adolescents courent également un risque plus élevé de développer des changements à long terme dans les systèmes intégraux de leur corps en raison d’un traumatisme de guerre", a déclaré M. Rieder.

Fruit d’une collaboration entre des chercheurs de l’Université de Balamand au Liban, de l’Université Queen Mary de Londres au Royaume-Uni et de Western, l’étude a analysé une cohorte de 1 591 enfants réfugiés syriens âgés de six à 18 ans et leurs soignants, en deux vagues, à un an d’intervalle, de fin 2017 à début 2019. Les chercheurs ont recueilli des données sociodémographiques de base, des informations concernant l’exposition du participant à la guerre, et des échantillons de cheveux pour étudier les niveaux de CHC.