La pâte à papier et les déchets en papier au service de l’élimination du carbone

- EN- FR

Des spécialistes de l’Université McGill ont développé une approche novatrice de conversion du carbone visant à en améliorer l’efficacité énergétique au moyen des déchets de la production de la pâte et du papier. Leur technique d’avant-garde, mise au point avec le Centre canadien de rayonnement synchrotron de l’Université de la Saskatchewan, permet de réduire non seulement l’énergie nécessaire pour transformer le carbone en produits utiles, mais aussi l’ensemble des rejets dans l’environnement.

« Nous sommes l’un des premiers groupes recherche à combiner l’utilisation ou le recyclage de la biomasse avec la capture du CO2 », a déclaré Ali Seifitokaldani, professeur adjoint au département de génie chimique et titulaire d’une chaire de recherche du Canada (niveau II) en électrocatalyse pour la production et la conversion d’énergies renouvelables. L’équipe du laboratoire d’électrocatalyse de l’Université McGill a publié ses résultats dans la revue RSC Sustainability.

La capture des émissions de carbone, bien que l’un des nouveaux outils de lutte contre les changements climatiques les plus prometteurs, pose un important défi. En effet, il faudra trouver quoi faire des émissions capturées, d’autant plus que l’opération peut se révéler onéreuse. Mentionnons également que la transformation du carbone en produits utiles requiert une grande quantité d’énergie. Les équipes de recherche tentent donc d’optimiser l’efficacité et la rentabilité de ce procédé.

L’étude

L’étude « Efficient integration of carbon dioxide reduction and 5-hydroxymethylfurfural oxidation at high current density »a été publiée dans la revue RSC Sustainability (2024).